ONDES DE CHOC "SHOCK WAVE"

 

Principe de fonctionnement

Une onde de choc est définie comme une onde avec une augmentation rapide de la pression en très peu de temps, suivie d'une diminution progressive de la pression avec une petite phase de pression négative. Shockwave vise les zones touchées qui sont à l'origine de douleurs chroniques. L'influence des ondes de choc provoque la dissolution des dépôts de calcium et conduit à une meilleure vascularisation. L'effet secondaire est un soulagement de la douleur.

 

Une onde de choc est une onde de pression - toute action qui déplace son environnement est une onde de choc. L'ondulation créée lorsqu'une pierre est jetée dans un étang est une onde de choc. Les ondes de choc utilisées en médecine équine sont générées dans un milieu fluide à l’intérieur d’une tête de transducteur et sont ensuite transmises facilement à travers la peau, la graisse et les muscles. Les ondes de haute énergie sont concentrées dans la tête du transducteur afin que l’onde de choc puisse être dirigée vers la zone précise de la blessure. Lorsque les ondes de choc atteignent une zone d'impédance acoustique élevée, telle que l'os, les ondes se ralentissent considérablement et une grande quantité d'énergie est libérée dans les tissus environnants.

 

Appareil doté de 5 transducteurs (selon zone à traiter), de 5 modes de travail : continu, 4, 8, 12 ou 16 ondes par secondes, d'une énergie allant de 50 à 200mj

JE DESIRE AVOIR PLUS D'INFORMATION SUR CE PRODUIT

 

Description des traitements

 

1. Thérapie par ondes acoustiques extracorporelles à haute intensité:

 

La technique utilisée permet de traiter certaines pathologies :

 

 Tendinopathies (tendinopathies rotuliennes),

 Calcifications, 

 Exostoses,

 Epines calcanéennes,

 Enthésopathies,

 Périarthrites scapulo-humérales,

 Mauvaises consolidations osseuses,

 Achillodynies,

 Epicondylites,

 Douleurs des trigger points,

 Fibroses,

 Douleurs dorsales et cervicales diverses,

 Déchirures musculaires,

 Blessures du sport (fasciite plantaire, périostite),

 

 

 

2. Quelles zones peuvent-elles faire l'objet d'un traitement ?

 

 Les poignets,

 Les coudes,

 Les épaules,

 Les hanches,

 Les genoux, 

 Les chevilles,

 Les pieds,

 Les articulations, les tendons et les muscles en général.

 

 

3. Quelles sont les actions et les effets de la thérapie?

 

Les actions de la thérapie sont mécaniques et métaboliques et induisent des effets bénéfiques sur la douleur et la cicatrisation :


 Action analgésique grâce aux chocs répétés provoquant la libération de substances antalgiques, ce qui atténue fortement et rapidement la douleur au cours d'une séance.   Cette réduction de la douleur est liée à la baisse de concentration de subtance P, neurotransmetteur de la douleur.

 Action défibrosante des tissus grâce à la création de micro-lésions qui vont induire un processus de cicatrisation.

 Action vasculaire grâce aux impulsions entraînant une hypervascularisation et une revascularisation, qui permettent d’améliorer le métabolisme local, d’augmenter les   facteurs de croissance et de favoriser une meilleure cicatrisation.

 Action décalcifiante grâce aux chocs répétés réduisant la calcification.

 

 

 

4. Quels sont les avantages de cette thérapie par ondes de choc?

 

 Thérapie non-invasive et ambulatoire,

 Thérapie et récupération rapide,   

 Thérapie sans anesthésie ni médication,

 Effets durables,

 Résultats attendus à 80%

 Peu d'effets secondaires,

 Pas d’arrêt de l’entraînement pour les sportifs (sauf compétition).

 

5. Quelles sont les contre-indications ?

 

Il ne faut pas utiliser les ondes de chocs dans les cas suivants :

 

 Sur les zones de croissance osseuse ou d’ostéosynthèse,

En cas de syndrome douloureux régional,

 Près des organes vitaux et de la colonne vertébrale,

 En cas de traitement anti-coagulant,

 En cas de pathologies de croissance,

 Sur les personnes appareillées avec un stimulateur cardiaque,

 Sur les personnes ayant des parties métallique (plaques, vis…) sur ou à proximité de la zone à traiter,

 En cas d’infiltrations ou d’intervention chirurgicale très récente (moins d'un mois),

 En cas de grossesse,

 En cas de tumeur, infection ou plaie.